Menu icoMenu232White icoCross32White
Retour
Laurent Stanislas Louis Nadolski
30 décembre 2019
Patañjali dhyāna ślokam

Patañjali dhyāna ślokam

storage?id=852047&type=picture&secret=YqoDb65XPqAVMK6gO44D2cNmTHF5OJVgamOKfwQw&timestamp=1577728009

Inclinons-nous devant le plus noble des sages Patañjali,
qui a donné le yoga pour la sérénité du mental et lien sacré,
la grammaire pour la clarté et la pureté pour le langage et
la médecine pour la perfection de la santé.

Prosternons-nous devant Patañjali (incarnation d’ādiśeṣa),
dont la partie supérieure du corps a une forme humaine
dont les bras tiennent une conque et un disque
dont la tête est en forme d'un cobra aux mille têtes
et qui porte des vêtements blancs.

Unique, infini et roi de tous les serpents,
Ô Patañjali, Tu es tout.

Nous nous confions à toi.

Symbolique

Dans un temps très reculé, les hommes vivaient dans la confusion mental, souffraient de différentes maladies et ne savaient plus communiquer entre eux. Les perturbations touchaient dont les trois sphères : corporelle (kāya), communicationnelle (vāca), et mentale (manas).

Ils prirent la résolution d'aller au vaikuṇtha et de s'adresser à une Force Supérieure, appelé viṣṇu, afin qu'Elle leur vienne en aide, les mains jointes en añjali mudrā.

viṣṇu y reposait sur l'immense serpent ādiśeṣa au milieu de l'océan de lait. Au près de lui, sa parèdre lakṣmi lui massait les pieds, garuḍa, son véhicule attendait ses ordres. De son nombril, émergeait sur lotus au milieu duquel brahma reposait. Le monde reposait sur la tête d'ādiśeṣa.

En réponse à la prière des hommes, viṣṇu regarda āsiśeṣa dont l'essence immédiatement se transforma dans une forme mi-humaine mi-serpentine qui tomba (pat) dans les mains jointes en añjali des hommes. Il fut ainsi nommé pat-añjali.

Le sage ādiśeṣa-patañjali leur enseigna l'āyurveda pour les protéger des maladies, la grammaire pour améliorer leur communication et le yoga pour purifier leur mental.

Patañjali enseignait derrière un rideau, car l'intensité de son yogam (corps de sa constitution profonde, son vijñānamaya (représenté par le feu) consumerait ses disciples).

Chaque personne est un patañjali en puissance. Son yogam se manifeste par une intensité ineffable émergeant de son Moi profond, résidant au-delà du mental.

SymboleSignification
ādiśeṣa, le serpent, le dragon, etc.le souffle vital, l'énergie originelle, l'énergie cosmique, prāṇa. Il est une couche ferme et confortable (qualités des āsana-s, du prāṇāyāma, dhāraṇā, dhyāna, samādhi) de viṣṇu, sur l'océan de lait. Non perturbé par garuḍa son pire ennemi, ādiśeṣa reste équanime. Comme ādiśeṣa vit dans l'océan, les hommes vivent dans leur mental.
patañjalin'est donc que prāṇa, le corps physique étant (comme celui des hommes) qu'une transformation de prāṇa.
ādi, ce qui préexistait au commencement, avant toute créationprāṇa, manifestation première et éternelle, uni les hommes et les femmes entre eux.
jīvacombinaison de  prāṇa  et de prakṛti, incarnation individualisée.
océanle mental : lieu d'accumulation de nos expériences, souvenirs, saṁskāra, vāsanā, source d'émotions positives et négatives, de souffrance. Rajasique, tamasique ou sattvique, le mental, tel un océan, contient une multitude de trésors et de monstres marins. C'est un lieu en perpétuel mouvement.
océan de lait (kṣīroda: kṣīra+uda)le mental devient pur et clair, à dominante sattvique (couleur de lait) quand l'état de yoga est atteint
Le monde sur le capuchon d'ādiśeṣaChacun porte et vit dans son propre monde, projection de son mental.
garuḍaqui se nourrit de serpents, reste toujours dans les environs et représente le danger qui peut apparaître à tout moment.

Les fonctions principales du mentales sont :

  • de recevoir les stimuli du monde intérieur ou extérieur via les sens connatifs
  • analyser les stimuli sur la base des connaissances antérieures (buddhi)
  • en faire une synthèse suivant les besoins (buddhi, ahaṁkāra)
  • transmettre une commande pour générer des actions via les organes d'action (ādeśa)
  • conduire l'individu au travers des différents états de conscience
  • enregistrer tous les événements sous forme de souvenir (smṛti, saṁskāra, vāsanā)

Le mental est continuellement dans l'action. Chaque seconde, il reçoit des milliers de stimuli internes et externes, il donne des milliers d'ordres au corps, aux cellules (fonctions autonomes, physiologique, sensorielles, etc.). Il se comporte comme un serpent (prâṇa) à mille têtes.

Les six ennemis intérieurs [du mental] : ṣaṭ ūrmi (six vagues). 2KL3M

SanskritSignification
kāmale désir excessif
krodhala colère excessive
lobhal'avarice, l'avidité
mohale désir rendant aveugle, l'illusion (la folie, l'égarement)
madala satisfaction à tout prix du désir (la passion, l'ivresse, l'excitation incontrollable, la folie...)
mātsaryala jalousie
Documents
icoPaperclip32Dark patañjali_dhyāna_śloka.pdf
Consultez également
|| prārthanā ślokam ||

|| prārthanā ślokam ||

śu̍klā̍ṁba̍radha̍raṁ vi̱ṣṇuṁ śa̍śi̍va̍rṇaṁ ca̍turbhu̱ja̱m |pra̍sa̍nna̍vada̍naṁ dhyā̱yet sa̍rva̍...

23 décembre 2019
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus